Éditions spéciales

Spécial : maltraitance infantile, un fléau en expansion depuis le 1er confinement

9 mai 2022

Cette édition spéciale vous est présentée dans le cadre du projet d’études de quatre étudiantes Nantaises en CAP « AEPE » (accompagnants éducatif petite enfance) pour valider leur dernière année.

Les chiffres ont considérablement explosé depuis le début de la crise sanitaire, à cause d’une hausse des violences intrafamiliales. En effet, avec le confinement et la fermeture temporaires des écoles, les enfants sont davantage exposés aux violences physiques et psychiques dans le cercle familial. Malgré ce fléau en recrudescence depuis le début de la crise sanitaire (mars 2020), il existe des moyens à mettre en pratique pour venir en aide à ces jeunes enfants victimes de maltraitance. D’autant que les formes de sévices sont multiples.

Les chiffres en hausse

Le nombre d’informations préoccupantes (concernant des mineurs en danger ou en risque de l’être) adressées par le 119 aux services départementaux de protection de l’enfance a augmenté de 30,4 %... En comparaison à la période équivalente en 2019 (du 18 mars au 10 mai), les appels ont augmenté de 56,2%. De plus, un accroissement de 113,5% des situations nécessitant l’intervention directe des services d’urgence a également été constatée.

6a7426f2d4f16baf359fd9e2c7145ca3ee2fcd3d-2448x1376
Photo : Marie Angélique Diop. Coiffure et maquillage : Real beauty.

Quand peut-on parler de maltraitance ?

La maltraitance impacte considérablement la santé physique et psychologique d’un enfant. Il est donc impératif de détecter les symptômes de maltraitance à temps pour agir en conséquence. Ils peuvent se présenter différemment d’un enfant à l’autre, mais se détectent généralement à travers une accumulation des comportements, notamment ceux-ci : - Repli sur soi - Isolement - Agressivité - Retard d’apprentissage - Échec scolaire - Trouble de sommeil - Refus de manger - Mise en danger Différents signes peuvent alerter par rapport à un enfant ou un adolescent. De manière générale, il faut être vigilant à leurs fréquence et durée dans le temps. Ceux-ci sont également plus évocateurs lorsqu’ils s’associent entre eux et ne trouvent pas d’explications rationnelles : les symptômes physiques et psychosomatiques, les troubles comportementaux, émotionnels, les interactions adulte/enfant compliquées...

Où commence la maltraitance ?

Dans la plupart des cas, un enfant maltraité subit différents types de violence : Les mauvais traitements par commission (à travers des comportements et des actes volontaires) et les mauvais traitements par omission (à travers des actes et comportements inexistants et/ou manquants).

On distingue 3 catégories principales de violences :

Les violences physiques, psychologiques, sexuelles et également la négligence même si elle peut ne pas être intentionnelle, mais met en danger l’enfant : c’est à ce titre qu’elle entre dans le champ de la maltraitance et doit être signalée. De plus, de nombreux enfants grandissent dans un contexte de violences conjugales entre les parents. Ils en sont parfois témoins, voire victimes. Les violences faites aux femmes sont aussi, bien souvent, des violences faites aux enfants. Les violences au sein du couple ont des conséquences graves, parfois fatales, sur les enfants qui y sont exposés et en deviennent ainsi pleinement victimes. 143 000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré être victime de violences commises par son conjoint ou son ex-conjoint, qu’elles soient physiques et/ou sexuelles. 42 % de ces enfants ont moins de 6 ans. Autre phénomène fréquent, celui du syndrome du bébé secoué. Il désigne un traumatisme crânien qui survient lorsque l’on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Il concerne la plupart du temps des nourrissons qui ont moins de 1 an, et souvent moins de 6 mois. Chaque année, plusieurs centaines d’enfants en sont victimes. A noter que ce chiffre ne représente que les cas diagnostiqués et déclarés. Lorsqu’un bébé est secoué, des lésions cérébrales, oculaires et de la moelle épinière peuvent survenir même si la tête de l’enfant ne reçoit aucun choc. En effet, sous l’effet des secousses, la tête du bébé se balance rapidement d’avant en arrière et son cerveau heurte les parois de son crâne. Les conséquences de ces traumatismes peuvent être très graves pour l’enfant et inclure des séquelles neurologiques permanentes, ou même la mort. Le plus souvent, ce drame arrive lorsque la personne qui s’occupe de l’enfant est exaspérée par ses pleurs. C’est pourquoi le site de l’Assurance maladie, par exemple, propose quelques conseils pour aider à garder où à retrouver son calme face à un enfant qui pleure.

Si vous êtes témoin de violences, de cris, de pleurs de détresse, voici ce qu’il est possible de faire :

- Appeler le 119 : numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être. Il est : Joignable 24h/24, 7j/7, même la nuit, gratuit depuis tous les téléphones (fixes, mobiles, cabines...), confidentiel, invisible sur les factures détaillées, il n’apparaît sur aucun relevé de téléphone. - Ce numéro est destiné à tous : les enfants et adolescents confrontés eux-mêmes au danger, ou appelant pour un autre enfant qu’ils connaissent, et les adultes confrontés ou préoccupés par une situation d’enfant en danger (dans leur famille, voisinage, communauté éducative...). Cependant, les appels des mineurs sont traités enpriorité.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Depuis 2020, le numéro 119 a également mis en place 3 nouveautés :

- Le GIP Enfance en danger met à disposition des mineurs et des jeunes majeurs de moins de 21 ans un tchat qui se trouve dans la rubrique « Besoin d’aide ? » du site www.allo119.gouv.fr, les jeunes de moins de 21 ans cliquent sur la bulle qui leur est destinée. » - Il est possible de contacter le 119 en passant par un formulaire dédié en ligne, qui se trouve dans la même rubrique que le tchat, évoqué précédemment, pour les personnes ne pouvant ou ne souhaitant pas appeler. Les professionnels du 119 répondent du lundi au vendredi aux demandes. Ce service n’est cependant pas un service d’urgence. - Rendu accessible aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à un service de relai téléphonique dédié en langue des signes françaises (nécessitant une connexion internet et une webcam), du lundi au vendredi en journée et le samedi matin.En vous informant sur le sujet de la maltraitance infantile qui est toujours d’actualité et en ayant connaissance de toutes les mesures à prendre et de tous les moyens disponibles pour déclarer un cas de maltraitance, que ce soit en cas de doutes ou bien de faits avérés, vous sauverez peut-être un enfant. _Dans le cadre de la rédaction de cet article les modèles enfants apparaissant sur les photos ont été coiffés et maquillés par Real beauty et photographiés par Marie Angélique Diop._

Participez à nos Jeux concours

De nombreux lots ajoutés chaque semaine !

Inscrivez-vous une seule fois pour participer à tous les tirages !

Événements à venir
septembre 2022
vendredi
sept. 2022
30

Fin des candidatures au Conseil citoyen de Nantes

21:59

gratuit
octobre 2022
samedi
oct. 2022
1

Kermesse géante pour l'inauguration du Décadanse

12:00 à 17:00Décadanse, 1 Bd Henry Orrion, 44000 Nantes

gratuit

La Duchesse, course à pied nocturne

17:30 à 21:30Nantes

mercredi
oct. 2022
12

Musichall’ino : chant, humour et magie

22:00Salle de la Carrière à Saint-Herblain

novembre 2022
jeudi
nov. 2022
17

Festival des 3 Continents

17 nov. au 26 nov.Nantes et salles de cinéma en Loire-Atlantique

décembre 2022
mardi
déc. 2022
13

Sortie d'Avatar 2

23:00France

Voir tous les événements
À ne pas manquer